Coudre un joli sac cabas chic et rustique

Coudre un joli sac cabas chic et rustique

Last Updated on juin 9, 2021 by Lalu

Chères lectrices, chers lecteurs, je suis heureuse de vous retrouver aujourd’hui pour ce nouvel épisode de mes aventures créatives ! Je veux vous parler cette fois de couture, et plus particulièrement d’un sac cabas que j’ai réalisé pour l’anniversaire d’une proche à moi. Je trouvais intéressant de vous raconter l’histoire de ce projet, car coudre ce sac cabas m’a fait remonter un peu près tous les soucis que je rencontre en couture ces derniers mois.

La naissance du projet

Tissus à motif coeurs

Dans mon entourage, on sait que j’aime faire des cadeaux faits mains. A Noel par exemple, j’essaye toujours le plus possible de faire plaisir en créant des choses de mes propres mains. Cela a donné de très chouettes projets, qui ont ancré dans l’esprit des gens l’idée que je pouvais presque tout faire.

C’est comme ça que ma tante, grande amatrice d’Etsy et de cadeaux faits mains personnalisés, m’a contacté pour réaliser un sac pour l’anniversaire de ma cousine. Ensemble, on a élaboré le projet : elle m’a montré quel type de sac elle voulait, j’ai choisis différentes combinaisons de tissus qui m’inspiraient.

C’est ainsi qu’on s’est arrêté sur de la toile de jute, pour un effet un peu rustique ; du coton effet lin brillant, ornés de cœurs un peu graphiques, tout simplement à tomber ; des franges de coton couleur crème pour rajouter un peu de douceur à l’ensemble ; des sangles de coton rouge, assorties au motif de cœurs ; et une doublure beige, toute simple, qui s’allie parfaitement à la toile de jute.

Coudre un sac cabas avec de la toile de jute… quelle horreur !

Pour réaliser ce sac, j’ai suivi le tuto du sac cabas Mila de Louise Magazine, qui est très clair et simple à réaliser. J’ai modifié un peu le projet en faisant un devant et un dos en deux parties, en supprimant les coins en cuir, et en prenant des sangles déjà prêtes. Le sac est vraiment grand, parfait pour faire des courses ou pour transporter beaucoup d’affaires lors d’une sortie.

Couture de la toile de jute

Je suis toujours stressée quand je couds, car une fois que c’est coupé, on ne peut plus revenir en arrière. C’est d’ailleurs un souci que j’ai rencontré pour l’intérieur du sac : je n’ai pas coupé mes pièces dans l’ordre que j’avais prévu, et je me suis retrouvée à faire un petit patchwork pour combler un « manque » sur une de mes pièces…  Bref je ne me sens jamais tranquille !

Mais le pire, ça a été la toile de jute. J’annonce officiellement que je déteste ce tissu ! J’ai pris toutes mes précautions pour éviter que la toile ne s’effiloche : coutures en zigzag, pas trop près du bord… Et pourtant, une fois le sac tout retourné et cousu, j’ai constaté avec horreur deux endroits où la couture de la toile de jute s’était barrée. J’ai rattrapé le truc comme j’ai pu, et j’espère sincèrement que ça tiendra dans le temps. A l’avenir, je prendrais une toile de jute enduite sur l’un de ses côtés. Ca me donnera moins de crises de panique !

C’était l’occasion aussi pour moi de tester les petites pinces de couture qui remplacent les traditionnelles épingles. Oui, j’ai quinze de retard, je sais. Mais pour ce projet, c’était vraiment ultra pratique, et je comprends mieux pourquoi c’est devenu un indispensable des couturières !

Un chouette sac qui révèle tous mes soucis en couture

Coudre ce sac cabas a été un projet super chouette. Il a eu des points positifs, mais aussi négatifs que je voulais vous partager :

  • Apprendre une nouvelle technique. Je n’avais jusqu’à présent jamais fait de parmenture sur un sac. C’est tout bête, mais j’avais tout de même peur de me foirer ! J’aime l’idée que chaque projet m’apprend un petit truc de nouveau.
  • Faire un projet que je n’aurais jamais fait autrement. C’est ça qui est bien aussi avec les cadeaux, c’est qu’on réalise des projets ultra sympas mais qu’on n’aurait jamais fait pour soit. En l’occurrence, j’ai suffisamment de sacs cabas à la maison, je n’ai pas besoin de m’en coudre. C’était l’occasion aussi de travailler ce joli coton effet lin, brillant et orné de jolis petits cœurs, qui me plaisait beaucoup sans que je veuille le coudre pour moi.
  • La couture me stress énormément. Et du coup, ça a un énorme impact sur mes projets couturesques en général. J’ai fait ce sac à la dernière minute, alors qu’on avait défini le projet bien en avance (ce qui rajoute encore un peu de stress). Mais la réalisation d’un quelconque projet couture n’étant pour moi pas synonyme de détente, je repousse souvent l’échéance le plus possible.
  • Des envies plus nombreuses que mes besoins. Coudre ce sac cabas m’a rappelé le nombre de tissus qui me faisaient de l’œil dans mon magasin. Tant de jolis tissus, qui m’évoquent tous des sentiments, des sensations, des images différentes auxquels j’aurais envie de donner vie. Seul soucis : trouver les projets qui vont avec. Et généralement, rien ne me vient à l’esprit. Un cadeau est alors un prétexte tombé du ciel pour me permettre de coudre ces tissus qui me font envie. Je vous ai déjà parlé de ce souci d’ailleurs dans mon article sur les sacs à projet Harry Potter.

Coudre un sac cabas c’est bien, mais quid des autres projets ?

Le sac cabas a énormément plu à ma cousine, et j’en suis ultra ravie ! Evidemment, ça fait toujours plaisir qu’un cadeau fait main soit autant apprécié. Même si, comme toute séance couture, ça n’a pas été une partie de plaisir, je suis très heureuse d’avoir mené à bien ce projet, car le résultat est là.

Coudre un sac cabas chic et rustique

Forcément, ça m’a amené à regarder de plus près mes propres projets coutures. En attente, j’ai une robe qui attend d’être cousue depuis un mois, des serviettes hygiéniques qui attendent depuis presque un an, et une autre robe qui devait être cousue au début de l’année 2019… Sans compter les petits pochons à vrac, les carrés démaquillants et autres petites choses qui elles aussi sommeillent depuis un bail.

La clé pour que ces projets prennent enfin vie : se donner le temps. Bloquer une date, une plage horaire, et ne faire que ça. Mais c’est très complexe pour moi ! Je déteste l’étape du découpage des pièces (excessivement longue dans mon cas), et comme je vous l’ai dit, je n’aime pas coudre en soi, c’est le résultat final qui me motive. La flemme l’emporte souvent, malheureusement.

Mon objectif des prochains mois est donc celui-ci : donner un peu plus de temps à la couture pour terminer tout ce que j’ai commencé, et vider les tiroirs des projets en attente depuis trop longtemps. Et vous, quel est votre prochain défi créatif ? Rencontrez vous aussi des problèmes de stress et de motivation à l’égard d’une activité que pourtant vous aimez ? Racontez moi tout en commentaires !

En attendant vos histoires, je vous dis à la prochaine pour de nouvelles aventures créatives !

Lalu

Si cet article t’a plu, n’hésite pas à épingler cette image sur ton Pinterest :

Epingle Pinterest Sac cabas chic et rustique

Laisser un commentaire